Nouba Live Musique de l'artiste Kent,




Nouba Live

2014

Intime Collection
Intime Collection

Nouba Live

In December 13th 1997 at the Café de la Danse in Paris, the Nouba tour comes to an end after one year and a half. It took me everywhere in France and also in Germany, in Quebec, in Hong Kong, in Vietnam. I keep a warm memory of it. Concerts began in the dark, light appeared softly. The repertoire was colourful, the arrangements were meticulous though they didn't show it. There was intimacy, lyricism, cavalcades and happy madness, complicity and laughs. I was playing with one of the best group in the world. Justice must be done.

Kent

L'Intime Collection offers live recordings in limited edition. Those recordings are often simple stereo sound takes but of good quality. They re-establish unique moments without artifice.

The CDs of L'Intime Collection are available only on the official website or sold after the shows.

EXTRACTS
EXTRACT 1
EXTRACT 2

Listen, buy, download

 Buy on the Shop  

Credits

Kent : chant, guitares acoustique et résophonique
Jacques Bastello : guitares acoustique et électrique, mandoline, clarinette, chœurs
Arnaud Méthivier : accordéon, accordina, saxophone, chœurs
Muriel Boisson : claviers, violon, chœurs
Pierre Mortarelli : contrebasse, chœurs
Christian Lacrampe : batterie, percussion, clavier, chœurs
Quintet à cordes sur "A quoi rêvons-nous ?"
Karen Brunon : violon
Elsa Benabdallah : violon
Delphine Tissot : violon
Isabelle Sajot : violoncelle
Julie Mortarelli : violoncelle
"A quoi rêvons-nous ?" inclut un extrait de "Couleur café" de Serge Gainsbourg
"Allonz'à la campagne" en duo avec Jeff Bodart
Production de spectacle : Azimuth
Enregistré sur DAT en décembre 1997 au Café de la Danse à Paris, sauf * enregistrés à Melun le 4 octobre1996
Ingénieur du son : Lionel Dussauchoy
Mastering : Michel Zacha
(c) Photos : Christophe Beauregard
Artwork : Thomas Gabison

Duration : 03:28
Lyrics : Kent Cokenstock
Music : Kent Cokenstock/Arnaud Methivier


Je regarde le ciel
Je me fais des frayeurs
J'y vois la grande lueur
Incandescent bordel
Qui me priverait d'elle
Mon unique essentielle
Ordinaire et super
Qui m'immole et me perd
Dans ses courbes planétaires

Dans les bris de vaisselle
Les décombres universels
Où est-elle
Évacuer ailleurs
J'y pense tout bas
Dans ma cage d'ascenseur
En regardant là-haut
Les maisons de …
Où se terre la nouba

Je poursuis mon idée
Les deux pieds au plancher
Je divague et dérive
Je me suis pas à pas
Le regard en ogive
Par peur des coups bas
Je dépasse le futur
Que je vois en peinture
Incandescent bordel
Qui descendrait du ciel
Comme une pluie d'hirondelles

Où est-elle
Un jour va-t-elle ou l'autre pas
Remonter mes niveaux
Revenir en ébats
Des maisons de ...
Où se terre la nouba

Je suis en quarantaine
Et me compte à rebours
Toutes les fins de semaine
Je rajoute un détour
Au fond de moi je fouille
Quel est le code d'accès
De sa prison dorée
Peut-être dans le vide-poches
De ma nouvelle citrouille
Que j'ai garé devant
Les maisons de ...
Où se terre la nouba

Editons Thoobett
Duration : 03:22
Lyrics : Kent
Music : Kent/Jacques Bastello


Y'a des jours à rouler par terre
Un tapis une bouteille un verre
De la musique sentimentale
Y'a des jours feignants à rien faire
Mais on est fait de telle manière
Qu'une voix nous dit que c'est mal
Pourtant

Le bonheur est souvent banal
Le bonheur est souvent banal
Le bonheur est souvent banal
Le bonheur est banal

Y'a des jours à rester couché
Avec la femme d'à côté
Sans vouloir la guerre conjugale
Juste aller au bout d'une envie
Un petit tour et c'est fini
Mais une voix nous dit que c'est mal
Pourtant

Le bonheur est souvent banal
Le bonheur est souvent banal
Le bonheur est souvent banal
Le bonheur est banal

Ho ho
Un peu de bien ne fait pas de mal
Ho ho
Bienheureux c'est bien normal

Tous les jours il faut faire carrière
Tous les jours faire des affaires
Pour avoir un beau piédestal
On désire souvent le contraire
Un petit jardin sait nous plaire
Mais une voix nous dit que c'est mal
Pourtant

Le bonheur est souvent banal
Le bonheur est souvent banal
Le bonheur est souvent banal
Le bonheur est souvent banal
Le bonheur est souvent banal
Le bonheur est souvent banal
Le bonheur est banal


Thoobett
Duration : 03:55
Lyrics : Kent Cokenstock
Music : J.P. Bucolo/G. Augier


Tu vois le froid dehors
La pluie qui s'énerve
Les autos qui se dévorent
Pour un accord de rouge et de vert
Tu vois c'est là que j'habite
Été comme hiver
Y'a des jours qui mettent en fuite
Et des jours qui font du Prévert

Un peu de Prévert
Dans ma rue mon univers
Un peu de Prévert
Dans mon sang dans ma chair
Un peu de Prévert
Sur nos cœurs endoloris
Un peu de Prévert
Aux enfants d'ici
Et du paradis

Tu vois ces gens qui rongent
Leurs peaux de chagrin
Changent les songes en mensonges
En se disant que tout ira bien
Tu vois ce sont mes rencontres
Mais je suis sévère
Y'a des gens qui font des comptes
Et des gens qui font du Prévert

Un peu de Prévert
Dans ma rue mon univers
Un peu de Prévert
Dans mon sang dans ma chair
Un peu de Prévert
Sur nos cœurs endoloris
Un peu de Prévert
Aux enfants d'ici
Et du paradis

Editions Thoobett/Warner Chappell
Duration : 03:53
Lyrics : Kent Cokenstock
Music : Kent Cokenstock/Jacques Bastello


C'est une voiture qui brûle sur le flan d'une autoroute
Il n'y aura pas d'océan au bord du mois d'août
Retour à la capitale des gamins qui jouent au foot
Dans le désert d'une impasse à Paris au mois d'août

Dans le quartier délaissé par le surnombre des villes
La vie reprend liberté entre deux automobiles
Les toits changent de couleur sous un soleil déridé
Les rues se marrent de bon cœur dans toutes les langues parlées

On peut à nouveau marcher en sortant les mains des poches
Enfin desserrer les poings enfin se sentir moins moche
Et quelle bénédiction finalement ce contretemps
Cette voiture en fusion c'est la fin d'un châtiment

Et dans le dernier soupir d'un faux-fuyant qui rend l'âme
Éclot déjà le sourire de belles vacances à Paname
Juste des rues et des places des yeux qui tissent une trame
Sur le doré d'un dos nu en vacances à Paname

Le mois d'août est un cimetière ou bien une guerre civile
Ça dépend du bleu des mers des fins de mois difficiles
Les riches partent en croisière dans une saison tranquille
Au front de l'imaginaire du petit monde immobile

À quoi bon pourtant languir sur de lentes autoroutes
À la pêche aux souvenirs sur les plages du mois d'août
Pour se noyer dans la foule quand on rêve d'abordage
Alors que Paris se saoule d'une planète en voyage

Et dans le dernier soupir d'un faux-fuyant qui rend l'âme
Éclot déjà le sourire de belles vacances à Paname
Juste des rues et des places des yeux qui tissent une trame
Sur le doré d'un dos nu en vacances à Paname

Échanger des mots chantés dans un sabir innocent
Oublier d'être méfiant ou bien timide oublier
Tous les conflits politiques au nom de nos territoires
Dans le sillon d'une idylle qui naît sur un trottoir

Et puis le soleil couchant assis au bord de la Seine
Scintillant comme le sang qui bout déjà dans nos veines
Et cette épaule qui touche un point final qu'on redoute
Quelle suite a un baiser à Paris au mois d'août



Editons Thoobett
Duration : 03:44
Lyrics : Kent Cokenstock
Music : Kent Cokenstock/Jacques Bastello


Des après-midi tout seul à la maison
À cause de la pluie se faire une raison
Des petites voitures et des soldats de plomb
Et des maquettes de bateaux et d'avions
Dessins animés à la télévision
Prendre le goûter chocolat et bonbons

Petit gamin
Unique enfant sans frangin
Sans frangine et sans un chien
Tu t'amuses d'un rien
Ça t'emmène très loin

Ton père et ta mère sont tous deux au boulot
Débrouille-toi tout seul et ne fais pas le sot
T'as jamais voulu partir à la colo
Loin des parents c'est pas très rigolo

Petit gamin
Entouré de papier peint
Tu gribouilles quelques bouquins
Tu te prends pour Tintin
Ça t'emmène très loin

Petit gamin
Sans frangine et sans frangin
Si seulement t'avais un chien
Un Milou pour Tintin
T'irais encore plus loin
Plus loin
Plus loin
Plus loin

Et toujours la pluie c'est bien con en été
Déjà que tous tes copains se sont barrés
Mais s'il fait soleil tu descendras t'amuser
Seul dans la cour déserte et grillagée

Petit gamin
Sans frangine et sans frangin
Une flaque d'eau et soudain
Tu deviendras marin
Grand chasseur de requin

Petit gamin
Tu peux t'amuser d'un rien
Rêver aux années plus loin
Vouloir être Tintin
Un homme
Pas un chien

Editons Thoobett
Duration : 03:20
Lyrics : Kent
Music : Kent / Jacques Bastello


Editions Thoobett
Duration : 03:40
Lyrics : Kent Cokenstock
Music : Kent Cokenstock/Jacques Bastello


Regarde-moi soleil regarde-moi
La gueule que je me paie regarde-moi
C'est un cas de figure
Un brouillon sans futur

Regarde-moi soleil regarde-moi
Fais bien tourner tes rayons autour de moi
Regarde-moi soleil regarde-moi
Fais brûler tous ces haillons que j'ai sur moi

Regarde-moi la lune regarde-moi
Je vis dans ton quartier tu me connais pas
Mais tu me donnes à manger
Tes croissants étoilés

Regarde-moi la lune regarde-moi
Moi le marteau toi l'enclume regarde-moi
Regarde-moi la lune regarde-moi
Tu es pleine et belle la lune
Tu cours les toits

Je suis l'homme des rues
Je suis l'homme des vents
Je suis l'homme dehors
Je suis l'homme dedans
Je couche dans la poussière
Je pisse dans le boucan
Je finirai soupière au banquet des rampants

Regarde-moi la mort regarde-moi
C'est toi qui a peur c'est toi ça n'est pas moi
Regarde-moi la mort regarde-moi
J'ai mon couteau planté entre tes doigts

Regarde-les soleil regarde-les
Ils vont chercher leurs paies regarde-les
Toute la vie pareille
Partout ailleurs pareil
Toute la vie
Toute la vie
Toute la vie pareille

Regarde-moi soleil regarde-moi
Prends ton appareil-photo et shoote-moi
Regarde-moi soleil une dernière fois
Demain c'est l'hiver demain je crève de froid

Editons Thoobett