Journal

Album Panorama

Du mercredi 3 juillet au 15 juillet 2009

Qu’est-ce que le mixage ? C’est la mise en relief de la musique. Situer les sons, les instruments dans l’espace, transformer des fréquences sonores en paysage.
Le mixage est un drôle de moment. C’est avant tout un travail d’ingénieur du son, surtout si l’on est en confiance et que la personne aux manettes est la même qui a enregistré les titres. C’est le cas. De plus les chansons sont très épurées, il y a peu de risques d’une direction erronée. Je pourrais donc très bien partir en vacances et revenir le dernier jour. Mais il y aura toujours un détail qui pose problème, un doute qui traîne, qui font que, non, je n’ai pas le droit de m’éloigner de la console.
Alors, durant les huit jours de mixage, j’apporte de la lecture, des amis passent me voir, je travaille sur les notes de pochette… Je répète aussi. Les huit jours ne s’enchaînent pas, j’ai des concerts à assurer. Je vais aussi enregistrer la voix définitive de PANORAMA avec Calogero. Nous allons recevoir in extremis la voix de Suzanne, enregistrée par Gerry Leonard dans une chambre d’hôtel, entre Berlin et Hanovre. Entendre enfin pour la première fois JUSTE QUELQU’UN DE BIEN dans sa version bilingue nous fait fondre littéralement, tellement les deux voix se marient bien.
Je vais aussi refaire PAPILLON DE NUIT, seul à la guitare. L’enregistrement du premier jour n’est vraiment pas bien et je tiens à cette chanson.
Le dernier jour est consacré en grande partie à une tâche ardue : le choix et l’ordre des titres. Nous nous retrouvons avec 24 chansons. Certaines perdent d’office l’affaire. J’AIME UN PAYS, LES VRAIES GENS, ON A MARCHÉ SUR LA TERRE restent en plan, nos nouvelles versions ne valent pas les originales. J’étais partant dès le départ pour mettre un maximum de chansons sur l’album, à condition qu’elles soient réussies, bien sûr. Je suis servi. Il y en a même trop. 21 chansons, ça ne tient pas sur un CD. Alors j’élabore une liste d’incontournables, d’indiscutables avec l’aide de Benoît Brayer, mon manager, et de proches. Ma voix comptant pour 10 au vote final, bien entendu. Nous arrivons à cerner 18 titres à l’unanimité. L’ordre est un autre casse-tête. Contrairement à ce que croient les téléchargeurs anarchiques, toutes les chansons ne s’enchaînent pas n’importe comment les unes aux autres. Il y a des problèmes de tonalité, de tempo, d’arrangements à respecter afin d’assurer une belle harmonie à l’ensemble. Plus que ça. Certaines chansons plus difficiles d’accès que d’autres, placées aux bons endroits, s’écoutent avec bonheur. Un bon ordre est crucial.

PAPILLON DE NUIT, À QUOI RÊVONS-NOUS et LOUIS LOUIS LOUIS se retrouvent sur le carreau ? Que nenni. La première sera un ghost track à la fin de l’album. Ça lui va bien. Les deux autres seront des bonus en téléchargement. De quoi satisfaire les chasseurs d’inédits dont je fais partie.