Journal

Album Panorama

Dimanche 12 avril 2009

Journée électrique. Mon Hagström Super Kent va vrombir toute la journée. Nous attaquons la séance avec DES ROSES ET DES RONCES. J'avais prévu de laisser faire ma partie de guitare à Ludovic Bruni qui n'arrive que demain. Or nous voulons aussi de la batterie sur ce titre. Il est donc nécessaire que je joue afin d'avoir un play-back cohérent. La chanson est vite mise en boîte, voix comprise. La nouvelle version est fort différente de l'originale. On dirait du psychobilly.
Nous enchaînons avec INOXYDABLE, titre symbolique dans PANORAMA. C'est la première chanson digne de ce nom que j’ai écrite après un mémorable concert de Doctor Feelgood à la Bourse du Travail de Lyon en 1975. J'étais sorti subjugué par le groupe. C'est en rejoignant ma banlieue sur ma Mobylette orange que m'est venu le riff d'INOXYDABLE totalement inspiré par l'incroyable jeu de guitare de Wilko Johnson. La version 2009 se fait à deux, batterie et guitare Super Kent. Minimaliste à souhait.
Nous restons dans ma préhistoire avec BETSY PARTY. Je n'ai pas rejoué ce morceau depuis 1982, depuis la fin de Starshooter. Trop représentatif du groupe, d'une époque, trop juvénile aussi. Il m'était difficile de le chanter sans sombrer dans la dérision. Le projet PANORAMA est un bon prétexte. BETSY sera chantée en duo avec Arthur H.
Pourquoi Arthur H ?
Je vous remercie de me poser cette question. Parce qu'en 1979, lors d’un concert de Starshoot' à Paris, Jackie Berroyer est venu nous dire bonjour dans les loges, accompagné d'un minot dont il avait la garde ce jour-là. Et ce minot, c'était Arthur. Arthur que j'ai un mal fou à joindre ces derniers temps car il est en tournée. Nous enregistrons le play-back sans les voix, Arthur ne peut venir que mercredi. Je m’amuse beaucoup durant la prise.
La journée se déroule très bien et nous avons largement le temps d'enregistrer CASH, chanson hommage à Johnny Cash. C'est un outsider sur l'album. Quelques jours auparavant Thierry Romanens m'a envoyé par mail l'adaptation musicale de ce texte que je lui avais fait parvenir, il y a bien longtemps, alors qu'il cherchait des paroles pour son prochain disque. J'ai voulu en faire une reprise illico.
Quand je dis que nous avons le temps, cela ne signifie pas que nous le perdons. Les heures sont fort remplies. Des amis nous rendent visitent que je salue brièvement sans quitter la cabine vitrée où je me trouve.

Il est 22h. Je passe chez Lilicub récupérer des vieilles boîtes à rythmes qu'ils me prêtent gentiment avant de partir demain en vacances en Inde. Il est fort tard lorsque je rentre à la maison.