Journal

Au fil du temps

Chants de Visions et bilan 2006

(lundi 26 février 2007)


Tout commence par la lettre d'une inconnue me demandant d'utiliser mes chansons pour en faire des tableaux. Surprise, curiosité, réflexion... Je dis "pourquoi pas ?"

Quelques mois plus tard, lors d'un concert à Montbrison, je rencontre l'inconnue. Elle s'appelle Cynthia. Elle vient me montrer quelques photographies de son travail dont j'ignore tout. Son style me plaît beaucoup. Je lui raconte que j'ai illustré les chansons de mon dernier disque pour en faire un portfolio. Elle trouverait drôle que l'on compare nos visions respectives dans une expo commune. Je dis "pourquoi pas ?"

C'était il y a un an.

Entre-temps Cynthia a proposé le projet à la galerie Singul'art (anciennement Canul'art) à Lyon. Ça leur a plu. L'expo se réalise. Voici la présentation qui l'accompagne :

"Un soir, mes pinceaux m’ont fait une drôle de requête.
Ils voulaient rencontrer pour de vrai les mots de Kent.
Moi, j’étais plutôt d’accord, d’autant plus, que ces mots, je les connaissais bien !
Mais il fallait avant toute chose lui demander son avis.
Mes pinceaux, trop timides et pas assez doués de leurs poils, ne savaient pas comment lui faire part de cette envie.
Alors, leur cousine la plume a tracé en quelques courbes leurs désirs et leurs délires dans une missive qui…quelques jours plus tard... recevait sa réponse.
Si vous les aviez vus lorsque je suis entrée dans l’atelier leur annoncer qu’ils pouvaient se mettre au travail !
C’est simple, ils n’ont plus cessé depuis de caresser la toile !
Mais un jour, les crayons de Kent ont eux aussi commencé à ressentir quelques démangeaisons du côté du papie...
Réunion au sommet des pots (de peinture) et le rendez-vous était pris.
Ainsi, crayons et pinceaux se partagent aujourd’hui les mêmes mots pour nous donner à voir ces chants de visions."
Cynthia Voirin


"L'idée que mes chansons puissent être à leur tour source d'inspiration pour des peintures me plut, me fit plaisir, voire me flatta. Toutefois, comme j'ignorais tout du travail de Cynthia, j'appréhendais de me retrouver face à des œuvres qui ne seraient pas de mon goût. Ce ne fut pas le cas, loin de là. Lors de notre première rencontre, Cynthia me montra quelques-unes de ses peintures et je fus enthousiasmé.
Puisque de mon côté, il m'arrivait aussi d'illustrer mes mots, nous lançâmes l'idée de confronter nos visions respectives dans le cadre d'une exposition commune. À une condition: interdiction de voir nos réalisations jusqu'à l'accrochage des œuvres.
Le choix des titres incomba à Cynthia. D'abord parce qu'elle est l'instigatrice du projet; ensuite, afin de me laisser la surprise de l'inattendu.
Enfin, pour que ces interprétations picturales de chansons aient tout leur sens, le visiteur pourra comparer nos deux visions en écoutant leur origine sonore à l'aide de baladeurs mis à sa disposition durant l'exposition. Sounds and visions. Chants de visions."
Kent


J'ai déjà dit que Cynthia est plutôt peinture. Je me suis trompé en précisant que moi c'est fusain. En fait c'est crayon pastel sec et encre. Le visiteur pourra entendre les chansons qu'il "regarde" grâce à un baladeur mis à sa disposition. Pour tout autre info, voir la rubrique Actu.
Finalement 2006 aura été une année bien remplie. J'ai écrit Vibrato, créé des chansons avec les Tit'Nassels que nous avons chantées sur scène sous le nom d'À trois c'est mieux lors d'une mini tournée déjà culte. J'ai réalisé les dessins de l'expo "Chants de visions". Réalisé aussi la BD "L'invasion des Mégapoubs" pour le compte de l'ADEME, petit livret pédagogique sur l'écologie à l'usage des enfants, dans la lignée d"Allo, la Terre".

Ça n'a rien à voir avec des anniversaires décennaux. Je pourrais fêter en 2007 mon passage à la cinquantaine ou mes 30 ans de carrière. Cela n'a du sens que d'un point de vue marketing. Il faut bien reconnaître que les tournants dans nos vies, les moments forts ne correspondent que rarement avec des chiffres ronds. À moins de tricher. Psychologiquement je me suis senti trentenaire à trente-deux ans, quarantenaire à quarante-trois ans et cinquantenaire, l'an passé.

Physiquement les progrès de la médecine et de la santé font que je ne sais plus très bien où j'en suis.
Cet entre-deux âge où je navigue est très intéressant. On se rappelle avec beaucoup d'acuité d'avoir été jeune, il y a peu et, dans le même temps, on commence à discerner ce que nous réserve la vieillesse. La vie nous offre alors toute une palette de goûts et l'on s'attarde plus longuement sur les nuances.

Il faut aller voir "L'étoile imaginaire" de Gianni Amelio au cinéma, mais ça va être difficile car il est peu joué.