Journal

Album Panorama

Jeudi 16 avril 2009



En arrivant je demande à écouter de suite J'AIME UN PAYS. C'est nul. Je rejoue complètement le titre, seul, guitare et voix séparées, pour assurer une base. Fred ajoutera une mandoline plus tard. Pour l'instant nous finissons les derniers morceaux joués à deux. UN PEU DE PRÉVERT est plié en deux prises. La deuxième est la bonne, nous ne touchons à rien. Joie et soulagement. J'appréhendais de chanter et jouer la chanson en direct à cause des parties guitare successives, pas toujours facile à enchaîner. Médiator, arpèges, médiator... C'est ça, le studio : les bonnes et les mauvaises surprises sont rarement là où on les attend.
LES VRAIES GENS, par exemple. Chanson facile à interpréter. Pour s'amuser on y colle une des boîtes à rythmes de Lilicub. Commence alors une série de prises de tête sur le mélange des sons de la boîte avec les guitares, puis des guitares entre elles. Adieu la spontanéité, mauvais signe.



Fred attaque ses overdubs. Chamberlain nostalgique pour LES ÉLÉPHANTS et PAROLES D'HOMME, plus du piano pour cette dernière ; orgue Hammond crève-cœur sur MOIS DE MAI ; mandoline sur J'AIME UN PAYS qui me semble bien nu.
Lorsqu'on travaille dans le minimalisme, si une chanson paraît nue, ce n'est pas par manque d'arrangement, c'est parce qu'on n'a pas su capter l'émotion. La journée a démarré dans l’agacement et finit dans le doute, au bord du cafard à cause de cette chanson. Le disque est bientôt bouclé, est-il bon ? Pourquoi est-ce que je m'évertue à vouloir sortir encore un album après tant d'années ? J'ai l'impression aujourd'hui que ce métier m'apporte plus de déconvenues que de joies. Ce n'est pas la première fois. J'ai déjà ressenti cela durant la réalisation de CYCLONE, mais je savais, à l'époque, que c'était passager, lié à un contexte foireux, plus personnel que général. Aujourd'hui je sais qu'en général, on ne suit pas la carrière d'un chanteur. La plupart des gens attendent de lui qu'il les ramène où ils l’ont connu. Le plus souvent, son évolution, ses remises en question, son âge même, sont des entraves à l'intérêt qu'ils lui portent. Et puis aujourd'hui, surtout, le contexte foireux est général. Pas besoin d'un dessin, plutôt d'un whisky.
Message d'Agnès (Jaoui) qui ne pourra pas venir chanter durant ces séances. Cela se fera donc en juillet. Message de Calo (gero), débordé, qui me promet de nous voir avant mon départ pour Berlin. J'ai écrit un texte pour son album, il m'a écrit une musique pour le mien. C'est tellement simple parfois de faire des chansons.